Le Multisports AOUT

LE MAGAZINE WEB DES SPORTIFS

Lire les articles

TOURNOI OCR

En savoir plus

L’entraînement hors-saison est-il vraiment nécessaire?

17/08/15

INFOLETTRE_bandeau_Le Multisports

Si vous vivez dans un climat chaud toute l’année, vous en sentez moins la nécessité, quoique cette période devrait être utilisée pour corriger des faiblesses décelées.

Mais ici au Québec, la question ne se pose même pas!

Un entraînement hors-saison bien fait est sans aucun doute le passage obligé vers de futurs succès. On dit parfois que c’est la saison morte en cyclisme, mais il ne faut pas s’y fier!

Le terme « saison morte » ne signifie pas que les températures sont de -10 degrés dehors, que les routes sont enneigées et que le vent hurle. Oui, pour bon nombre d’entre nous, ceci peut être le cas, mais la vraie signification de l’entraînement hors-saison est plutôt la suivante : « C’est une période pendant laquelle l’intensité et le volume de l’entraînement sont diminués. Elle dure de 6 à 12 semaines afin de travailler sur les faiblesses décelées à la fin ou pendant la saison, notamment au niveau de la force, de l’efficacité du geste et de la forme physique générale, par un entraînement approprié qui vise à renforcer les points faibles et par des exercices d’habiletés, si besoin est. »

En d’autres mots, la saison morte est un temps pour travailler un tas de petits détails, comme votre technique de pédalage, la vitesse de jambe, le positionnement sur le vélo, de renforcer les muscles nécessaires à une bonne posture et une bonne poussée sur la pédale, la flexibilité, ainsi que tout ce qui touche à la nutrition. C’est aussi un temps pour se donner les moyens afin d’acquérir une force mentale à toute épreuve.

Cette force mentale, composée de techniques éprouvées et bien utilisées par les championnes et les champions qui réussissent, est souvent la partie négligée de la préparation. Et elle est aussi valable pour les cyclistes amateurs que pour les élites. C’est en automne et en hiver que ça se passe! La saison morte n’est pas synonyme de période de facilité, mais l’entraînement doit plutôt être dirigé vers des cibles bien définies! C’est en fait l’occasion de travailler sur les choses dont vous aurez besoin pour performer dans vos épreuves cyclosportives, triathlons ou longues sorties seul ou en groupe.

Un programme hivernal équilibré

C’est dans la saison morte qu’on a le plus besoin d’un entraîneur et d’un plan bien structuré. En saison, on va toujours aller rouler et faire des efforts au gré du terrain et il en résultera toujours quelque chose. Mais l’automne venu et en hiver, là où la motivation est faible, il est nécessaire de suivre un plan structuré établi par un entraîneur compétent.

Dans un programme équilibré, on trouvera de la musculation, des exercices de flexibilité, des entraînements grâce à des sports différents comme des sports collectifs (un grand nombre de bons cyclistes canadiens jouaient au hockey en hiver), des activités à l’extérieur (ski de fond, raquette, trekking, etc.) et des activités à l’intérieur comme patinage de vitesse, home trainer, etc.

C’est le moment idéal pour les cyclistes de découvrir les vertus d’avoir un entraîneur et un plan d’entraînement.

N’attendez plus!

Par Pierre Hutsebaut, M.Sc.
e.p.a. (entraîneur professionnel agréé par Coaches of Canada)
Directeur général – Expert international de cyclisme

Header ZVP