S'abonner
×

Blessure en ski

Entraînement

novembre 23, 2018

 | cmsv

L’approche de l’hiver se fait  sentir, et avec l’arrivée de la saison froide s’annonce le début de la saison de ski alpin et de planche à neige. La pratique de la planche à neige ou du ski acrobatique (plus connu sous le terme « freestyle ») dans les parcs à neige des différentes stations de ski gagne […]

Blessure en ski

L’approche de l’hiver se fait  sentir, et avec l’arrivée de la saison froide s’annonce le début de la saison de ski alpin et de planche à neige. La pratique de la planche à neige ou du ski acrobatique (plus connu sous le terme « freestyle ») dans les parcs à neige des différentes stations de ski gagne en popularité, mais s’accompagne aussi de son lot de risques et de blessures. Le présent article a pour but de conscientiser aux différents aspects influençant l’incidence des blessures dans les « snowparks ».

Tout d’abord, en comparaison avec le ski de piste, l’utilisation du parc à neige présente un risque accru de blessures en général, mais plus spécifiquement de blessures à la tête, au cou, au dos et de blessures graves. La majorité de ces blessures surviennent lors de l’exécution de manœuvres aériennes, et l’augmentation du calibre des adeptes au cours des dernières années coïncide également avec une augmentation de l’incidence des blessures. Comme dans la plupart des sports extrêmes, les jeunes hommes (adolescents) sont la population la plus à risque de blessures, probablement en raison d’une témérité plus grande et d’un effet d’entraînement de groupe à exécuter des manœuvres de plus en plus difficiles. Cependant, cette tranche d’âge représente aussi une plus grande proportion des utilisateurs des parcs à neige, ce qui pourrait amplifier leur poids dans les statistiques.

Les blessures à la tête constituent une proportion importante des blessures subies en ski et en planche à neige. Même si une diminution importante de l’incidence à été observée au début des années 2000 lorsque le port du casque est devenu obligatoire dans la majorité des stations de ski, cet effet a été atténué par la suite, probablement en raison de l’augmentation du niveau d’habileté des athlètes et donc le niveau de difficulté des manœuvres. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la majorité des blessures à la tête ne surviennent pas lors d’une chute directe sur la tête, mais plus fréquemment suite à une manœuvre aérienne mal exécutée. L’athlète se retrouve donc en mauvaise position pour atterrir, son ski ou sa planche mord dans la neige et s’en suit une chute vers l’arrière ou le côté qui entrainera un impact au niveau de la hanche, du dos et finalement la tête viendra heurter le sol et rebondir.

Dans la même ligne d’idée les blessures sérieuses au genou (souvent des déchirures du ligament croisé antérieur) surviennent aussi généralement suite à un saut mal exécuté. Bien que ce type d’accident soit multifactoriel, une composante semble influencer dans la majorité des cas : la position « backseat » lors de l’atterrissage (les pieds en avant et le tronc en déséquilibre vers l’arrière), et ce, plus que la hauteur du saut.

À la lumière de ces informations, quelques points ressortent afin de minimiser le risque de blessures tout en profitant au maximum de l’hiver.

  • Le port du casque est primordial
  • S’assurer d’avoir une progression technique adéquate et un entrainement adapté à nos capacités. La musculation, l’utilisation de trampoline, de « air bags », rampes d’eau ou autres alternatives permettent de consolider les capacités acrobatiques et la perception du corps dans l’espace.
  • Adapter le niveau de difficulté aux conditions de neige et de la météo. Les vents, la glace, l’éclairage, l’adhérence de la neige, sont tous des facteurs qui vont altérer la perception et l’exécution des différentes manœuvres.
  • Respecter ses limites et ne pas céder à le pression des pairs d’exécuter des manœuvres qui ne sont pas acquises.

Bonne saison!

 

Références :
Steenstrup SE, Bakken A, Bere T, Patton DA et Bahr R. Head injury mechanisms in FIS World Cup alpine skiers and snowboarders. Br J Sports Med. 2018; 52 :61-69.
Sulheim S, Ekeland A, Holme I, Bahr R. Helmet use and risk of head injuries in alpine skiers and snowboarders : chances after an interval on one décade. Br J Sports Med. 2017; 51 :44-50.
Heinrich D, van den Bogert AJ, Nachbauer W. Peak ACL forces during jump landing in downhill skiing is less sensitive to landing height than landing position. Br J Sports Med. 2018 ; 52 :1086-1090.
Audet O, Hagel BE, Nettel-Aguirre A, et al. What are the risk factors for injuries and injury prévention stratégies for skiers and snowboarders in terrain parks and half-pipes? A systemaric review. Br J Sports Med. Epub ahead of print : 2018-10-19. doi :10.1136/bjsports-2018-099166.
©2019 Centre Multisports à Vaudreuil-Dorion / 
Design et code: Les Manifestes