Revenir au début
MERCI POUR VOTRE INTÊRET!
S'abonner
×
Sébastien Fournier : Le kinésiologue résilient au sourire contagieux

Sébastien Fournier : Le kinésiologue résilient au sourire contagieux

background shape

Portraits

février 17, 2020

 |  Sébastien Fournier B.Sc

Échanger quelques mots avec le kinésiologue Sébastien Fournier, c’est s’exposer à passer du temps à rire, à sourire et à vivre un petit instant de bonheur. Identifié par plusieurs comme un aimant à humains et un rassembleur, le jeune homme incarne celui qu’on aime avoir comme ami.

Que ce soit par la qualité de ses enseignements, autant au Centre Multisports comme kinésiologue que comme enseignant au Cégep, ou pour ses aptitudes à comprendre et à aider les gens, Sébastien Fournier inspire la confiance.

Versé très jeune dans la pratique de différents sports, c’est en tant que gardien de but au soccer qu’il fait ses premières traces. Nommez un sport, un seul, et les chances sont excellentes qu’il l’ait exercé plus d’une fois. Au Centre, il porte plusieurs chapeaux, passant d’instructeur de cours de groupe, à la salle vélo perfo jusqu’au club de course. Ici, il est chez lui : « J’aime l’approche du Centre, raconte Sébastien Fournier. Ici, on propose l’approche humaine et le but est d’aider les gens. J’aime enseigner et montrer aux gens que c’est possible d’être en santé et qu’il y a des façons de le faire. Mais il faut travailler si tu veux avoir des résultats. .»

Grandir dans l’adversité

Bien qu’il semble être né avec des souliers de course dans les pieds et le désir de gagner, Sébastien Fournier n’a pas le parcours de ce qu’on attend d’un gars comme lui. À 14 ans, il était classé 3e aux échecs à l’échelle provinciale. Jeune adulte, il est entré en kinésiologie après avoir complété des études en Arts et lettres. Et surtout, il a vécu ce qu’aucun autre jeune adolescent ne souhaite vivre à cet âge-là : sa mère, de qui il était très proche, est décédée des suites d’un long cancer alors qu’il avait 15 ans. Un coup de poignard dans le cœur du jeune sportif, un trou dans la vie de n’importe quel enfant qui perd trop jeune un parent : « J’ai grandi en voyant ma mère se battre contre le cancer, dit-il. À 15 ans, j’ai décidé de ne pas me laisser abattre par ça. C’est tough à 15 ans, mais je pense que je m’en suis très bien sorti compte tenu des circonstances. Je suis quelqu’un qui essaie toujours de voir le côté positif des choses, même si c’est dur de voir du positif là-dedans ». Muni d’une résilience et d’une énergie qu’il a su transformer en joie de vivre, Sébastien Fournier a choisi d’ouvrir la porte de la kinésiologie dans l’unique but de venir en aide à ses semblables : « Je veux éviter que le monde subisse d’une façon ou d’une autre la douleur que j’ai vécue avec ma mère, dit-il, et comment je peux faire ça, c’est en aidant les gens dans leur développement au quotidien, dans leur santé ». Que ce soit face à cette tragédie ou encore en lien avec la commotion cérébrale qui l’a affligé l’an dernier, le kinésiologue ne baisse jamais les bras et tire parti de tout ce qui lui arrive dans la vie. ­­« Je me suis dit que ce n’est pas le décès de ma mère qui allait m’empêcher de vivre, affirme-t-il sereinement. Je me considère chanceux malgré tout. C’est une question de perspective. »

En quête du mieux-être

En rencontrant le kinésiologue, les clients vont bien au-delà d’un programme technique, ils comprennent pourquoi ils ont besoin de faire tel ou tel mouvement et voient rapidement les bienfaits sur leur corps et leur état d’esprit général. Sébastien n’a pas la prétention d’être psychologue, ni humoriste, mais après quelques rencontres, il sait comment aborder l’humain en quête de mieux-être physique : « Les gens commencent à réaliser qu’un kinésiologue a une plus-value exceptionnelle dans le développement de leur condition physique, croit celui qui voue aussi un amour au cinéma et aux jeux vidéo. On a appris comment planifier une progression. Les kinésiologues ne sont pas des faiseux de programme, il y a des étapes à suivre et si tu suis nos étapes, il va y avoir un résultat ; et c’est par rapport aux résultats que les gens vont rester ou non. » Les gens restent en fonction des résultats, certes, mais aussi en fonction de la personne qui les motive à atteindre ces résultats. Rassembleur, Sébastien Fournier ? Oui, absolument, et résilient aussi.

 

Par : Patrick Richard

©2020 Centre Multisports à Vaudreuil-Dorion / 
Design & code: Les Manifestes